Accueil      Revue de presse      Informations      Membres      Bureau


23/12/2015
2 Commissions de suivi

CSS pour le site de Chantepie (Total) CLIS pour le PER (Variscan)

L’actualité minière locale, même si elle parait calme, n’en n’est pas moins chargée. Le hasard du calendrier fait que les deux Commissions de Suivi ont eu lieu la même semaine sous la présidence du secrétaire général de la préfecture. Rouez-Environnement siège à ces deux commissions.

Jeudi 17 décembre : Commission du Suivi de l'ancien Site minier de Chantepie.

Après avoir mis en évidence des dérives dans le suivi de l’après-mine et des rejets des ruissellements dans le milieu naturel, l’association Rouez-Environnement, dont la ténacité n’est plus à démontrer, à obtenu la création d’une Commission de Suivi de Site (CSS).

La première réunion s’est donc tenue dernièrement, la société Total propriétaire et responsable de l’ancien carreau minier a présenté l’ensemble des travaux réalisés depuis 2014.Ces travaux devant respecter les injonctions préfectorales afin d’assurer un rejet des eaux de ruissellement et de drainage en conformité avec les normes exigées lors de l’arrêt de l’exploitation de la mine.

Un gros chantier de terrassement, remblai, canalisation, lagunage a été effectué, près de 5000m3 de terre ont été rapportés sur le site pour empêcher la formation de rejets acides provoqués par l’eau de pluie au contact du sol décapé de sa bonne terre lors de l’exploitation du siècle dernier.

La situation du site n’est pas encore stabilisée, l’objectif de la société Total est de mettre en place un procédé passif sans besoin d’énergie et s’auto-entretenant selon le principe d’une station d’épuration biologique pouvant piéger les métaux lourds. Ce process permettra un besoin de maintenance minimum et sera équipé de systèmes d’alerte à distance par SMS si un disfonctionnement intervenait. Cette installation ne remplacera pas les contrôles in situ ni les analyses régulières par un laboratoire agréé, ces analyses sont actuellement réalisées à un rythme plus fréquent que celui imposé par l’arrêté préfectoral de 2014 et les résultats sortent conformes grâce à un traitement ponctuel qui ne peut être envisagé à long terme car trop contraignant d’utilisation et impossible à gérer à distance.

Ainsi sommes-nous rassurés ? Certes les bonnes pratiques sont remises sur les rails, encore faut-il qu’elles soient suivies d’effet. C’est donc la principale tâche de vérification qu’est  la mission de la Commission de Suivi, le passé pas si lointain a prouvé que l’on n’est jamais trop attentif et que la confiance a ses limites.

 

 

 

18 décembre Commission Locale d’Information et de Suivi du Permis de Recherches minières.

Pour la troisième réunion informative depuis 2013, la société Variscan Mines est venue faire état de ses travaux  ainsi que la projection qu’elle envisage pour 2016.Comme l’an passé, cette société a vivement reproché à Rouez Environnement d’avoir entrainé la vague de refus d’accès des propriétés privées et des zones agricoles à leurs ingénieurs en vue de sondage, elle oublie simplement que cela fait partie intégrante du mandat que nos  adhérents nous ont délivré et que cela s’est opéré dans le strict respect des directives préfectorales. Il n’y eu donc aucun prélèvement de terre sur notre zone en 2015.

Ceci n’a pas empêché le directeur de Variscan de faire le point sur leurs connaissances et notamment de présenter des tableaux indiquant des teneurs de divers minerais en profondeur. Très étonnant car il n’y a pas eu à notre connaissance, de déclaration de travaux pour sondages profonds comme la loi l’y oblige, ces chiffres proviennent donc  très certainement de données du BRGM lors des travaux de prospection et d’exploitation antérieures.

Aucun travaux sur place ne sont envisagés pour l’année 2016, ceci selon les dires de Variscan , à cause

-Du mauvais accueil qu’on leur réserve, engageant même « la sécurité physique de leurs ingénieurs »

- de la consommation de la totalité du budget prévu à cette phase ???

-de l’impossibilité d’étalonner leur appareillage de survol tant qu’ils ne pourront accéder à Chantepie

La réalité de l’actuelle attente de Variscan n’est pas l’espoir de voir de notre part  de meilleurs sentiments à leur égard, mais tout simplement la levée entre autres des obstacles administratifs, techniques législatifs résidant sur le site de Chantepie qui est l’endroit essentiellement porteur d’espoir.

 Notre attente à nous est de voir définitivement  la mise au rencard des projets miniers et plutôt d’assurer la préservation de notre sous sol, ne détruisons pas en quelques coups de pelles ce que la nature a mis plus de 500 millions d’années à élaborer.

Ajouter un commentaire