Accueil      Revue de presse      Informations      Membres      Bureau


15/12/2013
Potentiel Emploi estimé par le BRGM

Le BRGM revoit, avec une forte baisse,  les chiffres de Variscan Mines

 

Depuis le début de l’instruction du dossier du Permis de Recherches Minières de Tennie, les responsables de la Société Variscan Mines le demandeur, nous font miroiter un potentiel de plusieurs centaines d’emplois, sans doute pour mieux se faire accepter.

Suite à l’analyse de ces chiffres nous avons immédiatement dénoncé, preuves à l’appui, leur forte exagération qui n’ont aucun fondement si ce n’est de gagner la confiance des locaux, des  élus et des décideurs de l’Etat.

Rappelons que l’exploitation du site de Chantepie durant la période 1989-1992, n’a employé au plus fort de son activité qu’un maximum de 5 personnes issues de la commune de Rouez !

Lors d’une  interview à l’hebdomadaire l’Express, publié le 13 décembre 2013, le directeur des géoressources du Bureau de Recherches Géologiques et Minières  (BRGM) à la question du journaliste sur le nombre d’emplois espérés : « dans le cas particulier de Tennie, on estime l’impact à une dizaine d’emplois directs…   …pas des chiffres renversants » a-t-il répondu.

Vraiment pas de quoi remuer ciel et terre, car en face combien d’emplois supprimés ou contraints à se délocaliser ? Notre approche est donc bien confirmée par des spécialistes neutres, alors pourquoi Variscan avance-t-il des chiffres bien supérieurs ? Rappelons quand même que les dirigeants de cette société ont tous tenu des postes à responsabilité au sein du BRGM avant de créer leur propre business.

Si on voulait nous enfumer, c’est raté. Maintenons notre opposition à toute nouvelle exploitation qui renouvellerait les conséquences désastreuses que nous connaissons sur Chantepie avec la présence d’un site pollué définitivement exclu de l’agriculture ou de toute autre activité porteuse d’emplois.

 Restons mobilisés et renouvelons notre refus à toute exploitation au bénéfice de quelques chercheurs d’or australo-singapouriens qui se prennent pour l’oncle Picsou.

Ajouter un commentaire

Commentaire
par emgeai
Le 25 Fév. 14

Répondre

fin janvier, sous la pression d'on ne sait qui, les 10 emplois envisagés par le directeur du BRGM se sont transformés en 100 à 300 directs et indirects
Par quel artifice peut-on modifier un article? qui a tenu la main du journaliste? Cette façon de faire ne peut qu'entretenir notre méfiance vis à vis des belles paroles distillées par les prospecteurs.
Rouez-Environnement

Le 20 Mars 14

Répondre

bonjour
on ne parle que de nombres d'emploi à venir,à espérer.. qu'en est il de l'environement ??? quels sontles traces laissées ?? quels dangers cela représentent ils ??? les nappes souterraines sont elles contaminées ??? est ce dangereux pour le bourg ?? faiblesses des sols ?? mon puit est il menacé ??? merci de vos réponses

Le 25 Mars 14

Répondre

L'argument principal et unique développé par Variscan Mines porte essentiellement sur l'emploi pour se faire accepter localement.Nous ne sommes pas dupes comme nous l'avons écrit, répété et démontré chaque fois qu'on en a eu l'occasion et nous avons des alliés de poids dans notre position. Concernant les autres points que vous abordez, bien sûr qu'ils sont notre préoccupation et nous ne laisserons rien faire qui puisse compromettre les équilibres que vous signalez (eau, pollution des sols , remise en état initial...) Nous attendons toujours de la part de Variscan le début d'une démonstration des "méthodes propres envisagées pour une future éventuelle exploitation" Nous sommes trés méfiants et sur notre réserve aux propos tenus par ce chercheur qui change son fusil d'épaule à chacune de nos questions embarrassantes. Nous ne sommes vraiment pas prêts à accepter une réouverture de l'exploitation et comptons sur des gens comme vous et tous ceux qui ont connu les déconvenues de l'exploitation précédente pour nous aider dans notre démarche de refus. Rouez-Environnement