Accueil      Revue de presse      Informations      Membres      Bureau


15/07/2015
COMPTE RENDU de l'Assemblée Générale de l'Association

L’Assemblée Générale de Rouez Environnement : une mine d’informations !

Vendredi 26/06 s’est tenue l’assemblée générale de Rouez-Environnement devant un public très attentif aux différentes explications apportées par les membres du bureau de l’association.

Des participants à l’AG très attentifs

Cette année  passée a pu paraitre calme et sans relief depuis que l’on ne rencontre plus les ingénieurs de Variscan tenter de prélever des échantillons de terre dans le périmètre du Permis de Recherches minières. Le Président M. George rappelle que cette apparente somnolence est bien loin de la réalité et les différents sujets de préoccupation de l’association ne manquent pas. Un nombre important  d’interventions auprès d’instances  officielles, d’organismes publics ou privés  ainsi que des échanges fructueux avec les autres régions de France concernées par la même problématique minière qu’à Rouez et ses environs. Ainsi de nombreux contacts ont pu être noués avec des professionnels, des écoles d’ingénieurs, sans oublier la participation à différents colloques sur le secteur minier, le dernier en date se déroulant dans le cadre du Sénat.

Le suivi de l’ancien site minier

Concernant l’ancien site minier fermé, des travaux spectaculaires ont eu lieu à l’automne par l’apport de près de 5000m3 de terre végétale pour contrer les ruissellements acides, cette sorte de greffe doit être surveillée de très près, les résultats analytiques des rejets certes bien améliorés, révèlent encore quelques écarts. « Notre ténacité a été payante puisque nous avons obtenu la création d’une Commission de Suivi de Site présidée par le préfet, ainsi officiellement, nous aurons un droit de regard et un droit de savoir sur ce qui se passe sur Chantepie »

Le suivi du Permis de Recherches (PER)

La réunion annuelle de la Commission d’Information et de Suivi des travaux inhérents au Permis de Recherches a été tenue à la Préfecture, comme prévu l’association y a siégé. La société Variscan a déploré le manque de coopération pour accéder aux terrains cibles de prélèvements à analyser. Ainsi seuls 50% des prélèvements prévus ont pu être réalisés sur l’ensemble de la zone et moins de 10% sur la commune de Rouez. L’Association note avec une certaine malice que son mot d’ordre a été entendu par les exploitants et propriétaires. Une seconde pierre d’achoppement dans les projets de Variscan est l’exclusion du PER des 800 hectares entre le bourg de Rouez et la route Sillé-Conlie toujours à l’actif de Total, il est clair que sans cette zone, le PER perd beaucoup de son intérêt et Variscan espère y accéder dans les meilleurs délais.                                                                                            La présentation des premiers résultats très partiels fait apparaître 4 zones avec des anomalies et donc susceptibles de détenir des minerais convoités par un futur exploitant,ces quatre zones sont :

  1) La limite de territoire entre Pezé le Robert et Ségrie

 2) la proximité  Sud Est de la forêt de la Charnie à Saint Symphorien

 3) les environs des carrières de Voutré

 4) la partie Ouest de Rouez.

Ces informations en partie bibliographiques ne font que recouper les publications du BRGM datant des années 90

A  Rouez nous avons de la mémoire rappelle le Président «  il n’est pas question de se faire avoir deux fois de la même façon. Certes les quelques kilos de terre prélevés ne peuvent mettre en péril notre secteur par contre comme le précise le directeur australien de Variscan LTD : « the first thing you do  get  your  foot on it, ( la première chose à obtenir est d’y mettre un pied) » sous entendu : la suite c’est du gâteau et comprenons donc qu’une exploitation future ne posera aucun problème d’autorisation ! Cette déclaration ne peut que renforcer notre position de refus. »

Faute d’obtenir satisfaction d’accès sur l’ancien site, et prétextant avoir déjà dépassé son budget, Variscan déclare ne  procéder à aucun travaux sur le PER en 2015, au cas ou il se raviserait, il devrait provoquer une nouvelle réunion de la Commission pour expliquer son plan de travail.

Variscan et le financement de ses recherches

L’ensemble des projets de Variscan va nécessiter près de 100 millions d’euros selon ses prévisions notées dans les dossiers déposés. En consultant la bourse de Sydney ou est cotée l’action Variscan , l’association se pose quelques questions : en date du 19 mai 2015 et en 24 heures l’action s’est envolée de prés de 800%, comment se fait-il qu’un seul actionnaire singapourien a empoché 3,6 fois sa mise de départ comme le rapporte un quotidien australien et ainsi fait passer son actif de 1 million à 3.6 millions de dollars*. Un concours de circonstances sans doute, veut que ce même jour Variscan LTD (Australie) publie un communiqué en relatant les chiffres favorables de quelques analyses  du BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) sur le permis obtenu en Cotes d’Armor, mais depuis le cours de l’action en bourse australienne retombe au plus bas comme l’indique le tableau ci après.

Variscan Mines Ltd Technical Analysis Chart | VAR | AU000000VAR3 | 4-Traders                                                                                             La courbe noire indique l’amplitude du cours de l’action Variscan , a noter la forte variation en date du 19 mai 2015

Le Recyclage : une mine inexplorée

P. de Rienzo, le vice président de l’association,  présente le résultat de son travail de recherche autour du recyclage appelé ‘économie circulaire’

« Nous sommes assis sur une mine urbaine comportant tous nos déchets non recyclés. Ainsi en 2014 dans le monde, 16 millions de tonnes  de fer 2 millions de tonnes  de cuivre et 300 tonnes d’or ont été délaissées soit l’équivalent de 48 milliards d’euros et dans ce domaine la France n’est qu’en 20ieme position européenne pour le recyclage loin derrière l’Italie et le Royaume Uni. 2/3 des déchets français sont envoyés à l’étranger, c’est la solution de simplicité. »

« Alors avant de revenir fouiller nos exploitations agricoles, à coup de réactifs chimiques plus ou moins nocifs, entrainant une pollution tenace et dangereuse pour l’homme, posons nous les bonnes questions et organisons notre économie circulaire. »

L’assemblée générale s’est terminée par un pot de l’amitié devant lequel les conversations, les questions/réponses ont longuement prolongé la soirée.   Toujours très passionnés par ce sujet minier et prêts à continuer à défendre leur territoire, les membres de l’association ne ménagent donc ni leur peine ni leurs recherches, et le Président de conclure : «  ainsi on ne pourra plus nous taxer d’être ` contre tout `, et permettez nous de déplorer que la France relance la recherche minière plutôt que d’aider la recherche sur le recyclage. »

* 1 dollar = environ 0.9 euro

Ajouter un commentaire