Accueil      Revue de presse      Informations      Membres      Bureau


16/06/2014
Le point au 15/06/2014

Le point sur Chantepie et le PER de Tennie

 

   Ces deux points demeurent toujours les préoccupations de l’association même si les éléments ont évolué ces derniers mois.

   En ce qui concerne Chantepie, comme elle est venue s’en expliquer lors de notre assemblée générale, et suite à nos diverses interventions, la société Total a effectué des travaux conséquents que l’on peut qualifier d’antipollution. Ces travaux, agréés par les services concernés de l’Etat, reposent in fine sur des principes naturels passifs tels que le piégeage des métaux lourds par des végétaux appropriés ou la neutralité de l’acidité des eaux de rejets à l’aide de roche calcaire. Cette phase est encore en cours d’étude pour l’ancien site minier qui nous concerne. Nous nous félicitons de cette évolution mais cela ne doit pas entraîner un relâchement de notre attention et de notre surveillance des lieux.

   Afin de maintenir une efficacité optimale et une pérennité à notre surveillance, l’association a sollicité le Préfet pour la mise en place d’un Comité Local d’Information et de Suivi (CIS). Ceci aura pour avantage de formaliser et analyser au moins une fois par an (et plus si besoin) les comptes-rendus des travaux d’entretien ainsi que toutes mesures de surveillance selon l’arrêté préfectoral du 12 mai 2014.

 

   Concernant le Permis d’Exploration et de Recherches de Tennie, accordé en juin 2013 à la société Variscan Mines, la mise en place et nos relations ne s’avèrent pas aussi simples. Le comportement « a priori » de cette société nous a incités à nous mettre en continu sur nos gardes : nous avons dû faire preuve de retenue pour ne pas alimenter les affrontements stériles. Néanmoins, nous avons veillé à ce que les mesures édictées par la commission de suivi du 6 septembre 2013 soient respectées, celles-ci traitant en particulier des conditions d’accès aux propriétés privées pour effectuer les prélèvements de terre envisagés dans le cadre de la première phase d’exploration.

  Variscan mines n’a pas daigné se plier à ces contraintes et a donc dû se contenter de prélèvements dans les fossés le long des voies publiques. Il paraît que cela suffit, par extrapolation, pour connaître ce qui se trouve en sous sol !

  Au début du mois de mai, la commune a été avertie de la fin des travaux constituant cette première phase, mais Variscan Mines signale être toujours en attente d’autorisation pour aller voir ce qui se passe sur la concession Chantepie : c’est primordial pour l’étalonnage des mesures aéroportées semble-t-il.

  

Rappelons  que, même si ces prélèvements semblent paraître anodins, ils peuvent   constituer   le  top  de  départ  pour  des  carottages plus profonds  et  -bien  sûr-  une hypothèse d'exploitation sans que l’on en connaisse  l'étendue   ou  les   modalités   précises.   Rien que cela suffit  à  notre  détermination pour refuser toute réouverture de mine localement.

  Nous ne pouvons un instant envisager une telle mise à disposition de Chantepie. A ce jour de nombreuses barrières environnementales,  techniques, économiques,  législatives viennent bloquer la demande insistante de Variscan.

MAIS restons plus que jamais sur le qui-vive et mobilisés contre ce projet ou la volonté affairiste l’emporte.

Ajouter un commentaire